L'œuf d'antan pour le monde d'après

Contribuez à un œuf plus éthique en réintroduisant la gauloise noire disparue et nous permettre de diversifier notre production !

par Morgan LOUCHE

Huilly-sur-Seille, France
J-10
Don avec contrepartie
5 640 € collectés
Objectif de 10 000 €
56 %

Votre contribution vous sera intégralement remboursée si le projet n'atteint pas 60% de son objectif.


Partager ce projet

Présentation du projet

Si, comme nous, vous voulez des initiatives nouvelles, pour une agriculture respectable, de qualité, saine et créatrice d'emplois, alors rejoignez-nous dans nos valeurs et bienvenue à la ferme du Grand Pré !

La ferme du Grand Pré situé à Huilly-sur-Seille, petit village en Bresse louhanaise entre Tournus et Louhans. C’était la ferme de mes grands-parents.

La petite ferme vivrière a été en activité jusque dans les années 80. Le domicile de mes parents étant a 600m de celle ci, j'y ai passé toute mon enfance, que de souvenirs. Laissée à l'abandon, elle a repris vie en 2013 avec pas mal de travaux et l'arrivée de mes premières petites poules.     

J'ai actuellement 37 ans, je suis papa de 2 garçons et chef d'exploitation. Mais avant cela, j'ai exercé le métier de technicien en électro mécanique et automatismes. En 2011, alors que je travaille chez un artisan plombier, après avoir suivi des formations dans la mise en place d’énergies renouvelables, le sujet du bien-être animal arrive jusqu’aux 20H des grandes chaînes nationales.

J’ai depuis toujours été un amoureux du vivant et de la nature. J’ai toujours eu aussi l'envie d'entreprendre. J’ai donc décidé de me lancer dans l’aventure, dans ce village et cette ferme qui m’ont vu grandir et que je porte plus que tout dans mon coeur.

J’obtiens l'accord de mon oncle, qui habite la ferme, de me vendre l'ancienne porcherie et le pré contigu. Et me voilà engagé dans des recherches pour rénover le bâtiment où mes grands-parents élevaient leurs cochons, pour le transformer, l’adapter aux normes du bien-être animal et des règles sanitaires.

En plus du bâtiment d'élevage, mon projet s’est aussi orienté sur la création d'un centre d'emballage agréé CE, obligatoire pour un élevage de plus de 250 poules. Cet agrément me permet aussi de travailler avec les professionnels, dans mon cas, les petites épiceries et les entreprises de l'hôtellerie-restauration.

En 2014, je deviens le premier petit élevage fermier de Bourgogne à obtenir cet agrément européen, à la grande joie des restaurateurs, notamment les chefs étoilés de Tournus avec qui l'expérience a débuté. Ils ont pu mettre une histoire et un visage derrière ce produit indissociable de notre région, mondialement connue grâce à la recette de l'oeuf en meurette.

(Charlene et ces premieres cailles)

En 2016, je rencontre Charlène, qui se prend de passion pour ce beau métier, pourtant pas facile, mais tellement vrai et épanouissant. Il y a un an, Charlène a lancé son « projet caille » et, en septembre 2020, elle a quitté son emploi dans la grande distribution, pour se consacrer à plein temps à ses petits oiseaux. Quel changement !

Nous produisons maintenant des œufs de poules et de cailles, élevées en plein air, en système alternatif. Il s’agit d’un élevage familial, mené le plus simplement possible, avec le bon sens pour règle première.

Les poules et les cailles sont libres d'aller et venir à l'intérieur et à l'extérieur, comme bon leur semble, et de faire ce qu'elles souhaitent : manger, pondre, gratter, se reposer, chasser, jouer…

Les œufs sont ramassés, calibrés, tamponnés à la main. Rien est automatisé ni la manutention des œufs, ni le soin aux poules.              

                                  

Les poules et les cailles ne reçoivent aucun traitement antibiotique, ou autres. Les céréales utilisées pour leur alimentation sont bien sûr sans OGM, et le parcours extérieur ne subit aucun traitement. Les œufs sont vendus extra frais de 1 à 5 jours après la ponte, pour les amoureux des mouillettes.

 

Notre production est vendue en circuit court :

  • Un peu en vente directe aux locaux, car ici beaucoup de monde a des poules, et à quelques associations pour leurs manifestations.
  • Sur le marché, qui reste un moment privilégié de contact avec les consommateurs, pour échanger, informer et répondre à leurs nombreuses questions.                                 

(Marché de Macon)

  • En vente directe aux restaurateurs : petits bistrots et grandes maisons sont friands de nos œufs, de Dijon à Tournus, ils sont devenus bien plus que des clients. Nos métiers sont intimement liés. Les chefs avec qui je travaille sont des amoureux de bons produits de saison, la manière paysanne de produire leur importe également beaucoup. Nous les livrons une fois par semaine, avec quelques dépannages si besoin. Ensemble, nous avançons, travaillons à toujours faire mieux, à faire valoir les bons produits de notre région et la bonne cuisine, pour que vous puissiez vous en régaler à leurs tables. Voici quelques réalisations de chefs avec qui nous travaillons :

         

  • En vente aussi chez de petits épiciers spécialisés dans les produits locaux bien faits, pour le bonheur des consommateurs en recherche de saveurs, de nutriments, et d'éthique.

Notre nouveau projet

 

Nous souhaitons aujourd'hui un élevage encore plus éthique, plus respectueux de la vie et de nos convictions.                                       

Nous avons décidé d’élever des poussins Gauloise noire, dite Noire de Louhans. Cette race est originaire de notre canton mais a été abandonnée en faveur d'autres races plus rentables avec l'arrivée des poules modifiées dans leurs gènes, leurs caractères et leurs performances.

(Les petits poussins nés le 06/07/2020)

Un peu d'histoire et de culture...

 

Charles Voitellier, écrivain et professeur à l'Institut national agronomique de Paris, a écrit ceci en 1918 :

  • « La renommée de la volaille que l'on produit en Bresse est fort ancienne... Les éleveurs n'avaient pas été sans remarquer que les poules dont le plumage n'avait pas de trace de rouge, dont les pattes n'étaient pas jaunes, avaient la chair et la peau plus fines, et étaient les plus estimées. La fixation des caractères de la race, l'adoption d'un type unique et une sélection à ce type, remontent tout au plus à 1875. La variété grise parut tout d'abord mériter seule la renommée de la poule de Bresse. La noire était cependant celle qui y avait le plus de droits. Les croisements dont la première fut l'objet contribuèrent à assurer le triomphe de la seconde. Les éleveurs qui s'adonnaient à la production de la variété grise dite de Bourg, voulurent en augmenter le format et allèrent chercher, à cet effet, leurs reproducteurs dans le pays où il y avait eu, comme en bien d'autres régions à cette époque, des introductions de Brahma ou Cochinchinoise. Plus tard, ils trouvèrent que son plumage gris brouillé, manquant d'uniformité, n'était pas assez distingué, et il y eut des unions avec la Campine Belge, si fréquentes et si cachées cependant, qu'il devint difficile de distinguer l'une de l'autre et qu'on put affirmer, avec apparence de raison, que la Campine Belge était la Bresse grise et réciproquement. Les producteurs de la variété noire dite de Louhans, ne cherchèrent qu’à conserver le type de la poule qui leur donnait toute satisfaction, et en fixèrent les caractères tels qu'ils les connaissaient de longue date. La Bresse noire a pour qualité principale une finesse de chair exceptionnelle, rehaussée par sa blancheur, et une peau très fine. La graisse est absolument blanche."

 

Par ce projet nous voulons :

  • Redonner vie et valoriser notre patrimoine vivant et cette race que l'on trouvait chez nous en Bresse dans les petites fermes paysannes et retrouver les saveurs d'antan
  • Eviter le broyage des poussins mâles à l'éclosion, ce qui est malheureusement la règle pour l'instant en filière œufs avec les poules pondeuses

 

Ce projet est aussi une diversification pour la ferme, tout en continuant la production d'œufs avec les femelles, mais en moindre quantité. Il s’agit de proposer les mâles pour leur chair, après une croissance lente, nourris au maïs blanc. Cette céréale était autrefois cultivée ici et a aussi été abandonnée pour des maïs F1 inscrits au catalogue. Sylvain, mon ami d'enfance, partage ces valeurs et cet amour pour notre patrimoine et nos traditions. C'est lui qui cultivera donc une parcelle dans le village et nous vendra le fruit de son travail.

Le maïs blanc servait autrefois aussi à la confection des gaudes, galettes de maïs traditionnelles en Bresse.

Notre volonté est de nous diversifier pour nous protéger des conséquences désastreuses d'un test positif à une salmonelle, comme il y a quelques semaines, entraînant l'abattage préventif et systématique de nos plus jeunes poules. Par chance, et grâce à des gestes barrières mis en place à la ferme (changement de tenues et de chaussures entre chaque poulailler), les autres poulaillers n'ont pas été touchés.

Nous ne savons ni à quel moment ni comment la bactérie est arrivée ici, d'innombrables facteurs peuvent entrer en ligne de compte. Comme vous vous en doutez, j’ai appris tout récemment que l'assurance ne marche pas pour les salmonelles, car les poules sont en pleine forme et que ce n'est pas une maladie...

Résultat, les poules sont arrivées début juin à la ferme, prêtes à pondre, mais sont parties à l'abattoir en septembre. Leurs oeufs étaient notre principal gagne-pain, et ce jusqu'à l'automne de l'année prochaine.

Ce que nous savons, c'est que nous ne voulons pas repartir sur le même modèle, au vu des conséquences que cela engendre, psychologiquement, financièrement, par la désorganisation des cycles, la perte de clients et le surplus de travail. Voir tout ce travail anéanti en un sms, c’est insupportable. Alors, arrêter ? Jamais!

Après réflexion, nous avons choisi de  mettre en oeuvre les convictions que nous avions en tête depuis un bon moment, et franchir un nouveau palier. Nous serons les premiers en filière oeufs agréés, à travailler avec une race ancienne, mais aussi à réintégrer la Gauloise noire en élevage professionnel.

Soutenus et poussés par nos clients, nous ne choisissons pas la facilité pour redémarrer l'activité car, entre l'éclosion des poussins et le premier oeuf, il s’écoule environ 20 semaines. Mais, après ce qui nous est arrivé, nous ne pouvons imaginer d'autre manière de faire, nous ne voulons pas vivre chaque instant dans la peur.

Ce projet porte des améliorations sur beaucoup de points, comme vous avez pu le constater. Pour cela, nous avons besoin de vous et de votre aide.

Nos besoins pour réaliser ce projet 

 

Pour atteindre notre projet, nous avons besoin :

  • Un petit abattoir
  • Du matériel qui l'équipera
  • Un nouveau bâtiment et parcours pour séparer les mâles des femelles, afin de respecter les normes sanitaires et qu'ils puissent s'épanouir tranquillement

(Un de nos container maritime transformé , la recup c'est la vie)

Notre but est de produire un œuf le plus éthique possible. Nous travaillons déjà en faisant tout à la main, en consommant le moins d'énergie possible, et en recyclant au maximum pour construire nos bâtiments. Le premier bâtiment est l'ancienne porcherie de mes grands-parents, datant de 1968 et aménagée en 2 poulaillers de 90 m² chacun. Les six autres sont des containers maritimes d'occasion, habillés de bois pour se fondre dans nos beaux paysages. Le labo sera aussi aménagé à partir d'un container frigorifique d'occasion remis à neuf, on ne change pas nos habitudes...

A quoi va servir la collecte ?

Votre don va nous permettre selon la somme récoltée de financer :

Premier palier 10 000€

- L'achat d'un container maritime frigorifique d'occasion qui constituera la structure du laboratoire.

Deuxième palier 15 000€

- L'aménagement de celui-ci (parois, électricité, plomberie, etc.) 

Troisième palier 25 000€

- L'équipement du labo, tout le matériel nécessaire pour travailler dans de bonnes conditions.

Quatrième palier 35 000€

- le financement d'un poulailler mobile pour séparer les femelles qui nous feront de bons œufs et les mâles qui après une croissance lente et nourris au maïs blanc de Bresse seront proposés à la vente pour leurs chairs. 

(Exemple d'intérieur de container)

Si vous ne souhaitez pas passer par la plateforme MiiMOSA, vous pouvez aussi nous aider en contribuant par chèque ou espèces à cette adresse : 

Morgan Louche

660 route de Branges

 71 290 Huilly sur Seille

N'oubliez pas de joindre votre nom, prénom et adresse mail afin que nous puissions ajouter votre contribution à la collecte en ligne et que vous perceviez les mêmes contreparties que les personnes ayant participé sur internet.

N'hésitez pas à nous contacter et nous rencontrer sur rendez-vous : 07 70 69 74 39 

 

 

Mon profil

Nos pages :  Charlène - les cailles à chacha // Morgan - la ferme du grand pré

 

 

 Page Instagram

 

Un grand Merci pour vos contributions !!!

J-10
Don avec contrepartie
5 640 € collectés
Objectif de 10 000 €
56 %

Votre contribution vous sera intégralement remboursée si le projet n'atteint pas 60% de son objectif.


Partager ce projet

Contreparties

Pour 10 € ou plus

Merci 😊

Merci pour votre contribution



Sélectionner

Pour 25 € ou plus

Merci pour votre contribution☺

Venez nous rencontrer à la ferme, boire un café ou un petit verre de l'amitié + 6 œufs de gauloises noires + 1 boite de 18 œufs de cailles



Livraison : A retirer sur place sur RDV - possibilité de récupérer en plusieurs fois

Sélectionner

Pour 50 € ou plus

Merci pour votre contribution😁

Venez nous rencontrer à la ferme, boire un café ou un petit verre de l'amitié + un plateau de 30 œufs de gauloises noires + 1 boite de 18 œufs de cailles.



Livraison : A retirer sur place Sur RDV - possibilité de récupérer en plusieurs fois

Sélectionner

Pour 75 € ou plus

Merci de votre contribution

Venez nous rencontrer à la ferme boire un café ou un petit verre de l'amitié + 12 œufs de gauloises noires + 1 boîte de 18 œufs de caille + 2 cailles à cuisiner.



Livraison : A retirer sur place Sur RDV - possibilité de récupérer en plusieurs fois

Sélectionner

Pour 100 € ou plus

Merci de votre contribution😀

Venez nous rencontrer à la ferme boire un café ou un petit verre de l'amitié + 1 dégustation sur place + 1 poulet de gauloise noire + 12 œufs de gauloises noires + 1 boite de 18 œufs de caille.



Livraison : A retirer sur place Sur RDV - possibilité de récupérer en plusieurs fois

Sélectionner

Pour 150 € ou plus

Merci de votre contribution😆

Venez nous rencontrer à la ferme, boire un café ou un petit verre de l'amitié + une dégustation sur place + 1 poulet de gauloise noire + 2 cailles à cuisiner + 12 œufs de gauloises noires + 1 boîte de 18 œufs de caille.



Livraison : A retirer sur place Sur RDV - possibilité de récupérer en plusieurs fois

Sélectionner

Pour 200 € ou plus

Merci pour votre contribution

Venez nous rencontrer à la ferme, boire un café ou un petit verre de l'amitié + une dégustation sur place + 2 poulets de gauloises noires + 2 cailles à cuisiner + 12 œufs de gauloises noires + 1 boîte de 18 œufs de caille + une visite guidée et personnalisée de la ferme (5-6 personnes)



Livraison : A retirer sur place Sur RDV - possibilité de récupérer en plusieurs fois

Sélectionner
Vous aimerez peut-être
Etre averti du lancement
Planet biomix 2
Prochainement

Du biogaz dans le Loiret !

 
Prochainement
Prêt rémunéré
5,5%

Imaginez une énergie renouvelable produite à partir d'effluents d'élevage et de déchets agricoles... L'avenir s'offre à vous !