David Large

Millésime 86.
Parcours chaotique.
Fils, petit-fils, arrière-petit-fils, marche arrière-arrière-petit-petit-fils de vigneron.
J’ai ça dans le sang, dès le premier cri, au dernier souffle j’ai ça dans le son.
J’ai des diplômes pour vous rassurer.
Désapprendre la vie pour être un bon poète disait Houellebecq, alors je désapprends le vin pour être un bon vigneron.
Dans le chaos des nouveaux germes, faire du Beauj de nouveau j’aime. Ma croyance en l’au-delà me réanime, c’est mon côté Lunatic. J’ai pas l’air mais je suis très timide. Je te cueillerai des fleurs, c’est mon côté romantique.
Je mets des casquettes américaines, mes vieux mettent bien des bérets. Je mets des casquettes pour pas qu’on me voit.
Si j’ai des lunettes de soleil c’est parce que je fais des migraines.
J’avais écrit « Devenu attentif à la forêt, à ses sons et aux signes des cieux, mi-gorille mi-garçon, veuillez applaudir mon entrée Mesdames et Messieurs. »
Courir après le monde m’a déçu.

Je suis redevenu fier de ma terre.
De venir de la terre, d’avoir de la terre. D’avoir les mains propres de terre.
Putain de fier.

Après un temps d'apprentissage et d'expériences en vallée du Rhône et ailleurs, j'ai décidé de revenir m'installer en Beaujolais.
J'ai repris l'exploitation familiale l'année dernière. Je viens d'acquérir de nouvelles parcelles, converties en agriculture biologique depuis. Tout cela prend du temps mais ce métier m'apprend à être patient. Je vous invite à lire mes poèmes et autres textes sur mon blog pour découvrir mon univers.