La méthanisation agricole, une énergie qui sent le gaz !

De l’agriculture à l’énergiculture. Autoédition d’un livre pour comprendre toutes les implications de la méthanisation agricole.

par Christophe GATINEAU pour l'association du Jardin-vivant

SIREN:

France
H-23
Don avec contrepartie
9 316 € collectés
Objectif de 8 900 €
104 %

Votre contribution vous sera intégralement remboursée si le projet n'atteint pas 60% de son objectif.


Partager ce projet

Présentation du projet

Si la photosynthèse transforme l’énergie solaire en énergie alimentaire, la méthanisation agricole transforme cette énergie alimentaire en énergie thermique et électrique, en gaz et électricité. 

 

Et quand ses promoteurs voient dans ce gaz vert une solution positive et durable pour la planète, une partie de la communauté scientifique y voit la mort programmée des sols et l’effondrement de notre système alimentaire. Alors, qu’en est-il réellement ? C’est l’objet de cet ouvrage dont la sortie est prévue pour le mois de novembre prochain.

 

La France vise l’autonomie en gaz pour 2050. Et pour l’atteindre, l’État s’appuie sur nos sols agricoles et les agriculteurs pour produire le biogaz, cette énergie vendue aujourd’hui à l’opinion publique comme un complément de revenu pour les producteurs et un bras de levier pour diminuer les gaz à effet de serre.

 

Pour le complément de revenu 


Rien n’est moins sûr, l’État ayant déjà annoncé que le prix de rachat baissera au fur et à mesure que la production augmentera ! Madame la ministre de la Transition écologique, le 12 mai 2021, devant la commission du Sénat en charge d’évaluer la méthanisation dans la politique énergétique de la France : 

"Le biogaz n'est viable que si on baisse les coûts de production (…)"

 

Aujourd’hui, l’État achète le biogaz 5 à 10 fois plus cher que le gaz naturel, alors il est indispensable que la hausse de la production s'accompagne d'une baisse des coûts. » Des propos qui rejoignent ceux de madame la directrice générale d’Engie en 2018 : 

— «  La production de biogaz est quatre fois plus chère que celle du gaz naturel. Il y a un gros effort à faire. » Qui fera l’effort : l’acheteur ou le producteur ?

 

Qui fait l’effort en général : le banquier ou l’ouvrier ? Le paysan ou le supermarché ? À qui profite l’emprise du leader mondial du lait sur le marché : au bien-être animal, au bien-être des producteurs, ou au bien-être de ses actionnaires ?

À la Coordination rurale, on dit que le complément de revenu ne doit pas être un revenu de substitution. Autrement dit, ne doit pas être un énième simulacre où les agriculteurs seraient les dindons de la farce. 

Plusieurs syndicats agricole rappellent par ailleurs que la mission essentielle de l’agriculture est alimentaire. Elle est de nourrir les humains avant d’alimenter les capitaux et les réseaux de gaz. Quant à la Confédération paysanne, pour toutes ces raisons, elle réclame un moratoire. Je partage. Lettre du 27/07/2021 au président de la République : 

— « Je vous demanderais bien un moratoire, mais j’ai tout de même le sentiment d’arriver avec un train de retard, tant la méthanisation agricole s’envole sans précaution. Un train de retard et le sentiment que l’État a mis la charrue avant les bœufs, entraînant l’agriculture hors de son champ. » Quant à l’objet de ce courrier, il portait sur les gaz à effet de serre : la méthanisation agricole peut-elle les réduire ?

 

Si l’État et ses agences gouvernementales affirment sans sourciller qu’elle réduit notre empreinte carbone, rien ne permet de le soutenir à cette heure ! Rien, puisque l’analyse complète du cycle de vie du biogaz n’a jamais été réalisée. L’ADEME, l’agence en charge de son développement, écrivait en conclusion d’une étude publiée en 2011  : 

— « Une analyse plus large devrait être menée afin d'estimer si les gains environnementaux (et technico-économiques) dépassent les transferts de pollution soulignés par cette étude. » Et 10 ans après, toujours pas d’analyse plus large en vue, pourtant le seul moyen pour savoir si réellement la production de méthane agricole à un effet positif sur notre empreinte carbone.

 

 

L’énergie grise en question 


L’énergie grise ou cachée est la somme des énergies nécessaires à la fabrication d'une substance, d’un matériau, d'un objet ou d'un bâtiment, et à son recyclage. 

En l’espèce, c’est l'ensemble de l’énergie consommée pour produire le gaz vert à l’exception de son utilisation.

 

L’énergie grise caractérise donc le cycle de vie, et elle intègre autant la mise en place des semis que les pesticides, les engrais, l’entretien, la récolte, le stockage et le transport des cultures vers les méthaniseurs, que la production de la nourriture et la conduite des élevages pour fournir les fumiers et les lisiers, que la production et le transport des protéines importées d’Amérique du Sud, que le chauffage et le brassage des fermenteurs, ou l’hygiénisation des digestats et la purification des gaz bruts.

En effet, près de la moitié des gaz qui sortent d’un méthaniseur sont directement relargués dans l’atmosphère avant d’être injectés dans le réseau ! Une perte sèche de 40 à 45 % exactement, principalement du CO2.

Lien vers l'article du MONDE. Monsieur Olivier ALLAIN est la première personnalité politique à changer d’avis sur la méthanisation agricole, la première à se positionner franchement sur le sujet. Il est agriculteur, conseiller régional LREM et ex-vice-président du Conseil régional de Bretagne, ancien président de la FDSEA des Côtes-d’Armor et de la Chambre d’agriculture, etc.

 

L’AUTEUR

 

 

Membre des Journalistes-écrivains pour la Nature et l’écologie, agronome spécialiste des vers de terre et des agricultures dites innovantes (perma-culture et agroécologie), auteur du blog Après la pluie, le beau temps et de 9 livres, dont : « Éloge du ver de terre » (Flammarion, 2018) ; « Éloge de l’abeille » (Flammarion, 2019) ; et « Sauver le ver de terre, l’un des premiers marqueurs de la biodiversité. » (2020) 

Cette dernière édition a été soutenue par le ministère de la Transition écologique et solidaire via l’Office français pour la biodiversité. Quant à l’Éloge du ver de terre, il a rencontré un incroyable succès médiatique, propulsant du jour au lendemain cet animal sur tous les écrans et les ondes. 

60 ans, formation initiale en protection des cultures, descend d’une famille d’agriculteurs saintongeais qui élève et cultive depuis plus d’un demi-millénaire prés de Marennes-Oléron :

— « Ce livre ne sera pas un réquisitoire contre la méthanisation, en disant que ça pue, ça pollue et que c’est de la merde comme les éoliennes et le glyphosate !!! Non, non, tout ça est aussi stérile que de stigmatiser le monde agricole. » 

 

« D’ailleurs, beaucoup d’agriculteurs sont sceptiques sur l’avenir de cette énergie, 3 syndicats agricoles sur les 5 s’interrogeant même sur le bien-fondé de son développement tous azimuts. Mais voilà, comme pour les pesticides et les engrais azotés, nous n’avons pas toutes les cartes en main, il manque des données pour se faire une idée précise... » 

« C’est en préparant un débat (salon du livre 2019 du Mans) avec l’ancien ministre de l’Agriculture, M. Stéphane Le Foll, que j’ai été interpellé par certaines idées qui circulaient sur la méthanisation. Et en premier, qu’elle n’aurait que des bénéfices sans aucun inconvénient ! » 

« On associe la production de biogaz à une démarche agroécologique et durable. Soit. Mais pour le synthétiser, on soustrait en amont le carbone qui nourrit habituellement la vie des sols vivants dont les vers de terre. Finalement, on confisque la nourriture de la biodiversité souterraine qui fabrique la nourriture des plantes qui nous nourrissent ! D’ailleurs, les sols, pourront-ils nourrir et produire du gaz en même temps ? Tiendront-ils le choc ? Personne n’en sait rien. Il y a aujourd’hui beaucoup trop de questions sans réponses pour être optimiste quant à cette alternative au gaz naturel. »

Portrait publié par l'Humanité le 5 aout dernier : Christophe Gatineau dans les pas de Darwin.


Exemples d’articles : Le plus gros méthaniseur à ciel ouvert se trouve en Russie ; Toute la théorie des engrais est là ; Les intercultures pour nourrir les écosystèmes ; L'autonomie gazière de la France, un dangereux mirage ; etc. 

Sur le plan scientifique, l’ouvrage bénéficie de la participation de Daniel Chateigner, physicien, professeur à l’Université de Caen Normandie, et membre du Collectif Scientifique National pour une Méthanisation Raisonnée.

 

Voir la vidéo d'ARTE

 

ÉDITION

Christophe Gatineau est aussi président de l’association du Jardin-vivant, l'éditeur du livre, une association dont le but est de sensibiliser le grand public à une agriculture vivante et permanente de type agroécologique ou perma-culture. 

 

 

A quoi va servir la collecte ?

 

PALIER n°1 : 6 200 €

 

Votre participation nous permettra de faire appel à d'autres compétences professionnelles requises pour l'édition d'un livre, comme : 

  • Un correcteur ou une correctrice pour le texte.
  • Un ou une graphiste pour la couverture.
  • La mise en page.
  • L’impression des livres.
  • La publicité.

 

PALIER n°2 : 8 900 €

 

✅ Nous offrirons un exemplaire du livre à tous les CDI des lycées agricoles qui en formuleront la demande (opération déjà menée avec succès pour le livre Sauver le ver de terre), ou il nous financera les services d'une attachée de presse pour une promotion nationale du livre dans les médias, l'objet étant, au-delà de cette édition, de provoquer un débat national sur l'avenir de cette énergie dans le mix énergétique. 

H-23
Don avec contrepartie
9 316 € collectés
Objectif de 8 900 €
104 %

Votre contribution vous sera intégralement remboursée si le projet n'atteint pas 60% de son objectif.


Origine des contributions :

100% particuliers | 0% professionnels


Partager ce projet

Contreparties

Pour 10 € ou plus

Un grand merci

Un grand merci de notre part et votre nom et prénom à la fin du livre comme soutien.



Sélectionner

Pour 19 € ou plus

Le livre chez vous

Un grand merci et le livre chez vous en avant-première (dédicace à la demande)


Disponibilité : Novembre 2021
Livraison : Nationale

Sélectionner

Pour 28 € ou plus

Le livre + une surprise

La contrepartie pour 19 € + votre nom et prénom à la fin du livre comme soutien et un sachet de graines surprises issues de nos semences.


Disponibilité : Novembre 2021
Livraison : Nationale

Sélectionner

Pour 50 € ou plus

Le pack militant !

La contrepartie pour 28 € + 2 exemplaires du livre pour offrir aux élus ou à vos amis.


Disponibilité : Novembre 2021
Livraison : Nationale

Sélectionner

Pour 75 € ou plus

Le pack spécial ver de terre + une surprise

La contrepartie pour 50 € + l'Éloge du ver de terre et Sauver le ver de terre + un sachet de graines surprises issues de nos semences.


Disponibilité : Novembre 2021
Livraison : Nationale

Sélectionner

Pour 100 € ou plus

Le pack spécial livres nature

La contrepartie 75€ + L’Éloge de l’abeille (2019), Le Bleuet, une histoire de bleu (2017) et Aux sources de l’Agriculture, la permaculture : illusion et réalité (2014).


Disponibilité : Novembre 2021
Livraison : Nationale

Sélectionner

Pour 200 € ou plus

Une invitation personnelle + 2 heures de formation en ligne

La contrepartie pour 100 € + une invitation (pour 2 personnes) pour une visite de 2 heures du Jardin-vivant en Limousin + 2 heures de formation en ligne.


Disponibilité : Novembre 2021
Livraison : Nationale
Quantité restante : 13

Sélectionner

Pour 500 € ou plus

La Totale, avec une conférence.

La contrepartie pour 100 € + une conférence chez vous pour présenter le livre. Offre valable dans un rayon de 300 km. Au-delà, frais de route et de bouche en sus…


Disponibilité : Novembre 2021
Livraison : Nationale
Quantité restante : 7

Sélectionner
Vous aimerez peut-être
Etre averti du lancement
Prochainement

Un restaurant engagé au cœur du Perche

 
Prochainement
Obligation
4,85%

Sur le domaine familial, Pauline ouvre un restaurant bio haut de gamme qui met à l'honneur les producteurs de la région.